> Accueil
 
La musique traditionnelle populaire de Provence se joue essentiellement avec le galoubet tenu dans la main gauche, accompagné du tambourin,supendu au même bras et la baguette tenue dans la main droite.
D'autres instruments existent cependant, mais sont utilisés en accompagnement rythmique du galoubet et du tambourin: ce sont les tympanons,les cymballettes et timbales , pour les plus courants.

Le galoubet et le tambourin ont été l'objet de nombreuses méthodes d'apprentissage, de l'une des plus anciennes, celle de Lavallière en 1750, en passant par celle de Chédeville en 1804, celle de Châteauminois en 1810 , celle de Vidal en 1864, jusqu'aux plus récentes, celle de Marcelle Drutel en 1977 ou celle de Serge Icardi en 1990, il en existe des dizaines.
La musique provençale a été jouée à la cour des rois de France, et s'est taillée de jolis succès à Paris où des compositeurs de grande renomée lui ont donné ses lettres de noblesse.Très en vogue jusqu'à la deuxième guerre modiale, elle a ensuite connu un fort déclin.

Sous influence de Marius Fabre , ébéniste et fabricant de galoubets et de tambourins à Barjols (Var), elle trouve un second souffle dans les années 1970 et est au coeur d'un renouveau culturel régional. Associée à des partitions contemporaines et à des instruments électriques, elle a regagné ses galons de musique régionale à part entière.

écouter un extrait de Tambourin



C'est un instrument à répercussion ou à résonnance.
Son rôle est de fournir au son aigrelet du galoubet une basse continue.
Il se présente comme une caisse cylindrique allongée, en bois ciré ou vernis de 35 cm de diamètre pour 74 cm de hauteur.
Selon l'habileté de son frabricant, il est orné de sculptures en bagettes, accompagnées de divers motifs. A chaque extrémité du cylindre, une peau est tendue: très fine pour celle du dessus, plus épaisse pour celle de dessous. Sur la peau supérieure un timbre ou chanterelle en chanvre est posé. Cet élément caractéristique assure le bourdon- nement de la basse continue
Le long du cylindre, et passant alternativement en haut et en bas, une cordelette dessine un zigzag en s'appuyant sur les boutons des deux cercles qui servent à tendre les peaux.




















Le galoubet est une flûte à bec à trois trous, fabriquée en bois (ébène, olivier, amandier, buis), en ivoire ou en métal. Il se nomme aussi '' flûtet'' est possède 4 sons fonda- mentaux.
En augmentant progressivement l'intensité du souffle, le galoubet joue une octave et demie.
Il ne faut pas le confondre avec le fifre, qui est une flûte traversière à six trous, jouée des deux mains, fabriquée en roseau ou en bois, et accompagnée du tambour. Le fifre et le tambour sont des instruments de l'époque napoléonienne.
Le galoubet nous vient d'Orient .Son origine n'est pas vraiment déterminée: perse,arabe,égytienne, chinoise....
Son nom actuel apparaît dès 1723. Il existe plusieurs tonalités de galoubet, le plus utilisé étant Si b, (d'après l'ancien diapason), surnomé le Saint Barnabé.

écouter un extrait de Galoubet

Des passants de cuir permenttent un bon réglage d e la tension de la cordelette et donc de celle des peaux. Pour jouer du tambourin- ''Touca lou tambourin'' (toucher le tambourin)- on se sert d'une massette, sorte de baguette de bois terminée d'un côté par un gland en ivoire et de l'autre par une poignée ovoïde parfois sculptée.
Nos parutions
Voir la galerie
Dossier thématique
 
Chorale du rode de basse provence
Les chanteurs membres des groupes folkloriques du RODE DE BASSO- PROVENCO compose cette chorale, ce qui représente soixante personnes environ.
Elle interprete des airs provencaux anciens , des noëls du XVIème et XVIIème siècles, des chants provencaux du XIXème siècles mais aussi des airs modernes comme ''Les marchés de Provence'' ou ''prendre un enfant par la main''
 
 
Copyright © 2017 - Folklore-var-provence.com -Tous droits reservés -